LES BONNES NOUVELLES

Publié le

LA DEPENDANCE AFFECTIVE

La dépendance affective est une addiction au même titre que n’importe quelle autre drogue, sauf que cette drogue c’est quelqu’un. C’est difficile à vivre puisqu’il n’y a qu’un seul exemplaire : ce quelqu’un. C’est relié à l’attachement.

Lorsque nous vivons de l’attachement, nous sommes dans l’illusion que nous ne pouvons connaître la plénitude qu’avec une seule personne. C’est une drogue émotionnelle qui procure un plaisir intense. C’est une expérience avec un début et une fin. Là est le problème.

Dans la dépendance affective, nous centrons toute notre attention sur un seul être et lorsque celui-ci disparaît de notre vie nous pensons que le monde va s’arrêter et que nous ne pourrons plus nourrir notre besoin d’amour. Notre attention était nourrie par une seule stratégie.

Pour sortir de la dépendance affective, nous avons besoin de comprendre que lors de la séparation, nous ne pouvons pas voir au-delà, l’après, alors qu’il y a une multitude d’autres possibilités, même si nous ne les voyons pas sur le moment… Quand une porte se ferme, une autre s’ouvre…

Se détacher est souffrant, sauf si la valeur de ce que nous lâchons est moins élevée que ce que nous retrouvons. Dans ce cas nous accueillons le détachement.

Ce n’est pas parce qu’il y a une personne avec qui nous partageons notre vie que nous vivons l’amour. Ce n’est pas la relation qui nous apporte l’amour. C’est nous qui sommes l’amour. Nous sommes traversé par l’amour.

Si nous nous aimons assez, les autres nous aimeront assez, au même pourcentage. Si nous nous aimons à 50%, les autres nous aimeront à 50%... le miroir…

En ne s’aimant pas suffisamment, nous tentons de combler le vide en attendant que l’amour vienne de l’extérieur, de quelqu’un d’autre.

En prenant conscience de cela, ça change tout. Connectons nous à l’amour en nous et non à la personne. Quand nous sommes connecté à cet élan d’amour, c’est nourrissant.

La dépendance affective est un enfermement… mais nous pouvons en sortir…

LES BONNES NOUVELLES
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article