A MEDITER

Publié le

APPRENDRE

Nous ne pouvons pas apprendre, ni nous améliorer sans faire d’erreurs, sans avoir de difficultés, ni d’échecs. Rappelons-nous ce que nous nous avons appris de nos erreurs passées.

Etre responsable de ce que nous faisons, récolter le fruit de nos bons choix ou payer le prix de nos choix inadaptés, est normal. Se blâmer ou avoir honte d’une mauvaise action, n’est pas nécessaire. De toute façon nous en payons déjà le prix. Si nous n’aimons pas ce prix à payer, apprenons et essayons de faire mieux la prochaine fois.

Lorsque nous rencontrons une situation difficile, il y a 2 façons de la voir : soit comme un problème, soit comme une solution. La plupart des êtres humains se concentrent sur le problème et cela leur empoisonne la vie. Les gagnants y voient une solution à trouver. C’est un choix.

Rien n’est jamais acquis définitivement ni sur le plan physique, ni sur le plan psychologique. Tout est impermanent, tout change continuellement. Si nous voulons être en forme nous devons nous entraîner, répéter régulièrement les exercices appropriés.

Nous avons le choix de conduire notre vie ou c’est quelqu’un d’autre qui le fait. Il n’y a pas de possibilité entre les deux.

Lorsqu’un événement, un fait ou une situation surviennent dans notre vie, dans notre tête nous nous disons quelque chose et nous le ressentons. Puis nous avons un comportement automatique qui fait suite à la situation.

Nous sommes responsable de nos comportements. Tout ce que nous faisons (notre comportement) vient de nos émotions. Nos émotions viennent de notre façon de penser. Ceci veut dire que ce n’est pas ce que nous vivons (l’événement) qui déclenche notre émotion, c’est notre pensée.

Ne donnons jamais aux autres le pouvoir sur nos émotions. Et prenons conscience que nous ne sommes pas responsable des émotions des autres et ne pouvons pas l’être.

Une émotion ne se discute pas et ne se juge pas. On la ressent automatiquement, hors du contrôle de notre conscient. Ce n’est pas mal que d’être en colère, angoissé, dépressif. Seulement, c’est douloureux et difficile à vivre.

Nos comportements sont automatiques. Ils peuvent être différents d’une personne à l’autre. Une personne peut en avoir plusieurs malsains (trop manger, trop boire, se droguer, fumer, trop travailler, dépendre des jeux de hasard, de la sexualité, des sports extrêmes…). Une habitude devient un comportement malsain quand il met la santé physique et/ou psychologique en danger.

L’intensité de l’émotion détermine l’intensité du comportement. Une petite émotion va provoquer un petit comportement et la volonté peut intervenir pour éviter ou diminuer l’ampleur du comportement malsain. Une forte émotion va provoquer un fort comportement et la meilleure volonté, dans ce cas, ne pourra pas empêcher le comportement malsain.

En fait, le problème n’est pas avec la nourriture, la boisson, les drogues, les jeux de hasard, le sexe… C’est avec les émotions… qui viennent des pensées.

Lorsqu’un événement est arrivé, nous ne pouvons plus le changer. Mais lorsque l’émotion monte nous pouvons nous demander :

Quelle est notre pensée ? Nous pouvons intervenir sur ce que nous pensons. Donc changeons notre pensée.

Qu’est-ce que nous ressentons, quelle est notre émotion ? Là encore nous pouvons la changer en changeant notre pensée.

Quel est notre comportement automatique malsain ? Nous pouvons intervenir quand notre émotion est moins intense.

Ainsi, avec un peu d’entraînement, nous pourrons modifier les situations et faire mieux la fois suivante…

A MEDITER

Commenter cet article