SECRETS DE MIEUX ETRE

Publié le

LA NATURE ET SES BIENFAITS

La nature fait de son mieux à chaque moment, pour que nous allions bien.

J’ai lu que les employés ayant une vue sur la nature, depuis leur bureau, étaient plus productifs que ceux dont le regard portait sur des bâtiments ou sur une cour.

En regardant le spectacle de la nature, notre cerveau secrète des endorphines, hormones du bien-être. Nature agréable à l’œil, certes, mais quand il s’agit d’y plonger… Nous ne sommes pas nombreux à envisager sans crainte l’idée de passer une nuit à la belle étoile, et encore moins d’y dormir comme un loir.

J’ai pu faire cette expérience en Grèce, de dormir sous des orangers. Ce fut merveilleux. Une autre fois, en Yougoslavie, j’ai dormi sur la plage avec un groupe d’enfants. Ils m’ont dit que c’était leur plus beau souvenir.

La majorité des personnes le supporte mal et l’autre minorité, pas du tout.

La peur de la nature est profondément ancrée en la plupart d’entre nous, liée aux notions de danger, d’inconfort. A l’heure d’un territoire domestiqué, d’une technique triomphante, cette peur et ce désir de maîtrise sont-ils encore de mode ?

La planète et les êtres humains ont des besoins communs. Ils forment un tout. L’homme peut retrouver des vérités issues de sa communion avec l’univers tout entier.

Nous avons besoin de ce retour à des valeurs fondamentales. L’essentiel est de renouer le lien entre l’homme et la nature pour approfondir notre calme intérieur.

L’idée, cette semaine, est de s’accorder un temps dans la nature en s’ouvrant par le ressenti au monde qui nous entoure. En marchant, observons comment nos pieds touchent le sol, sentons l’odeur de la terre, écoutons le bruit du vent ou le chant des oiseaux, regardons vraiment ce qui nous entoure. Nos sens sont des portes qui s’ouvrent vers le monde.

Lorsque nous pratiquons cela, nous faisons « un » avec l’univers. Une nouvelle conscience nous habite. C’est un moment de pur bonheur.

SECRETS DE MIEUX ETRE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article