SECRETS DE MIEUX ETRE

Publié le

LES ARBRES

Lors d’une promenade en forêt, il nous arrive de ressentir une énergie particulière, un sentiment de force et de gaieté incompréhensible.

Les arbres parlent un langage qu’on ne peut comprendre qu’en s’ouvrant à leur monde. Ils parlent au corps, à l’âme et à l’esprit qu’ils savent émouvoir.

Dans de nombreuses religions, l’arbre a une signification centrale, mystico-religieuse dont on retrouve l’image lors de la Création de l’homme. Dans toutes les civilisations, l’arbre existait avant l’homme et il représente partout l’arbre de vie où reposent, dissimulées et chiffrées, toute la sagesse et la clarté, toute la vérité et la connaissance.

Si l’homme n’a plus conscience de l’arbre de vie, c’est parce qu’il s’est éloigné de lui et le langage des arbres lui est devenu incompréhensible.

Rappelons-nous à quel point nos ancêtres prêtaient à l’arbre des pouvoirs magiques… Ils étaient les intercesseurs entre nous, les hommes, et les dieux.

Les arbres sont plantés pour montrer ou exprimer la joie et le deuil. Ils sont signes de naissance et de mort. Ils réunissent sagesse et folie. Les coutumes populaires différencient avec grande précision les espèces d’arbres et font allusion aux arbres qui donnent de la force et à ceux qui en privent.

A la naissance d’un premier enfant mâle, nous pouvons planter un tilleul. En lui, mère et père, homme et femme ont fusionné. A la naissance du deuxième ou troisième fils, on plante généralement un noyer. Si c’est une fille, on choisira un cerisier ou un pommier.

Outre la coutume de planter un arbre lors d’une naissance, beaucoup d’autres usages sont connus et perpétrés par les peuples comme protéger la maison des maladies, des malheurs, du feu, de la foudre.

Quiconque aborde les coutumes en ouvrant les yeux, les oreilles, mais aussi son cœur, peut entendre, voir, et parfois aussi revivre leurs histoires. Dans l’ « Havamal », nous trouvons quelques allusions à l’importance capitale de l’arbre, mais aussi aux relations étroites existant entre l’homme et l’arbre.

Nous sommes à l’image de l’arbre. Nous avons le sang, il a la sève. Nous avons un tronc et une tête, comme lui. Ses branches sont nos membres. Nos cheveux sont ses feuilles. Comme lui, nous avons des racines…

La tradition populaire conseille d’aller vers tel ou tel arbre pour être guéri d’un mal affligeant le corps.

Bouleau : combat la goutte et les rhumatismes, stimule l’activité intellectuelle.

Chêne : a un effet fortifiant, régularise la tension et la circulation sanguine.

Pin : fortifie le système nerveux, favorise la détente, combat les maladies pulmonaires

Erable : traite les éruptions cutanées lorsque nous touchons ses branches pendantes

Frêne : stimule et fortifie tout l’organisme

Hêtre : stimule le système nerveux central, traite les douleurs du foie et de la vésicule

Noisetier : fortifie le cœur

Pommier : est à recommander en cas d’ulcères et durcissement divers (thérapie du cancer)

Tilleul : tonifie l’activité cardiaque, calme et détend

En rencontrant les arbres, nous percevons que tout est impliqué dans un échange réciproque. Nous dialoguons avec la nature. Ce dialogue se transforme en force curative… un cadeau qui nous est offert et qui attend que nous ayons appris à l’accepter en tant que tel, sans le considérer pour autant comme notre propriété. Voilà ce qu’est le traitement par les arbres.

SECRETS DE MIEUX ETRE

Commenter cet article