BAIONA FESTA : EGUN EDERRA IZAN ZEN 

Publié le par Josie

 

Ici, quelle que soit la saison, on ne perd aucune occasion pour faire la fête.

 

Les fêtes de Bayonne ont commencé mercredi. Elles se terminent ce soir.

Bayonne est indissociable de ses fêtes. Ce moment est incontournable de la vie bayonnaise.

Les rues sont  décorées pour l’occasion : guirlandes, fanions colorent le paysage.

Pendant ces jours-là, chaque festayre porte la tenue officielle : pantalon blanc,  tee-shirt blanc, cinta (ceinture) et  foulard rouge. Joie et bonne humeur sont de rigueur.

 

Le mercredi soir, premier jour de la fête, le maire de la ville, du haut du balcon de la mairie, lance les 3 clés de la ville aux habitants… les festivités commencent !

 

En ville, des danses basques, des concerts, des corsos lumineux, des cavalcades, des bandas circulent de quartier en quartier… tout cela rythme joyeusement  ces grands moments, sans aucune bousculade. Ca me rappelle l’anniversaire du roi, en Thaïlande : des milliers de personnes dans les rues et de la bonne humeur partout…

 

Tous les jours, à midi, sur la place de la Liberté,  les enfants réveillent le roi Léon, personnage burlesque inspiré d’une figure de la vie bayonnaise. Et le dimanche soir, sur cette même place, les fêtent se terminent avec la danse de fin de festivités et symboliquement les festayres retirent leur foulard rouge.

 

Ce peuple festif est fier, uni, avec une identité culturelle forte. Il parle une langue, l’euskara, qui n’a ni racine latine, ni racine anglo-saxone.

 

Quand quelque chose est promis, on peut compter dessus car « Hitza hitz » (une parole est une parole).

 

Le pays sent bon le chocolat (Bayonne est la capitale), le jambon (une spécialité), le cidre (encore une spécialité) et le piment…

 

C’est pour tout ça que j’ai posé mes valises ici, après avoir marqué des temps d’arrêt dans diverses régions de France et bien au-delà… Après avoir appris à connaître cet endroit pendant à peu près 20 ans, j’apprécie mon ancrage dans ce pays de caractère et ne repartirait pour rien au monde…

 

Musu !

 

BAIONA FESTA : EGUN EDERRA IZAN ZEN 

Commenter cet article