RIONS

Publié le par Josie

Nous sommes tous d’accord pour dire que le rire est un antidote merveilleux contre le stress et la déprime, n’est-ce pas ?

 

Il déclenche un certain nombre d’effets positifs sur l’organisme et son utilité dans notre quotidien n’est plus à démontrer. Sur le plan médical, des améliorations ont été constatées et même parfois des guérisons.

 

Et pourtant certains disent que rire ne fait pas très sérieux. Il  semblerait que c’est se prendre trop au sérieux qui n’est pas très sérieux.

 

Et si nous prenions une résolution avant la fin de cette semaine et décidions d’expérimenter tout ce qui peut nous mettre en joie ?

 

Un film comique, un dessin animé, un bon concert, un recueil d’histoires drôles, écouter un CD de grand comique, lire des ouvrages positifs, donnent envie de vivre et d’agir avec bonne humeur, bienveillance.

 

Rire embellit la vie en soi et autour de soi. La joie est contagieuse, alors n’hésitons pas à en user… et prenons contact avec la partie ludique en nous et avec notre enfant intérieur. L’enfant est insouciant, joyeux. Il prend le temps de vivre, de découvrir le monde autour de lui.

 

Nous connaissons les expressions suivantes : « le cœur à rire », « à cœur joie », « un cœur léger », « du cœur à l’ouvrage », « à cœur ouvert », « à cœur vaillant, rien d’impossible », « du fond du cœur », etc… Serait-ce le signe qu’il existe des liens évidents entre l’organe de la circulation (le cœur) et nos états émotionnels ?

 

La joie, le rire, la parole sont reliés à l’énergie du cœur. Si nous parlons beaucoup, si nous rions souvent aux éclats, il est probable que notre cœur aura une nette tendance à la dilatation.

Un cœur sain qui fonctionne harmonieusement se remarque à un comportement joyeux, serein et calme.

 

 

Petite histoire drôle :

 

Un homme ivre sonne en pleine nuit, avec insistance, à la porte chez des gens.

L’homme de la maison se lève et demande furieux :
- Qu’est-ce que tu veux ?
- Viens me pousser ! Il faut que tu viennes me pousser !

Excédé le propriétaire de la maison lui dit :
- Ecoute, je ne te connais pas, tu ne me connais pas, il est 4 heures du matin, et tu me réveilles pour me dire de te pousser ! Je n’en ai vraiment  pas envie, alors dégage d’ici, laisse-moi dormir et ne me dérange plus !

De retour dans la chambre, il se remet au lit, mais sa femme qui a tout entendu, lui reproche :
- Quand même tu exagères, cela t’est déjà arrivé d’être en panne la nuit, tu aurais pu le pousser ce pauvre type.
- Oui, mais il fait froid et en plus il est complètement ivre !
- Raison de plus pour l’aider, il ne va pas y parvenir tout seul. Non, vraiment, je ne te reconnais pas, je suis très déçue de ton attitude !

Son mari, pris de remords, se rhabille et descend. Il ouvre la porte et crie :
- Eh mec ! C’est d’accord, je me suis habillé exprès pour venir te pousser ; tu es où ?

Et l’homme ivre répond :
 Là, sur la balançoire... !!!

 

Et une autre…

Au supermarché, un homme semble perdu et court d’un coin à l’autre du magasin. Il est tellement préoccupé qu’il entre en collision avec un autre homme ayant le même comportement.

Le premier dit : Excusez-moi monsieur, j’ai la tête ailleurs. Je cherche ma femme.

Le second :
- Aie ! Moi aussi je cherche ma femme. A quoi ressemble la vôtre ?
- Elle s’appelle Emmanuelle. C’est une belle blonde aux yeux bleus, mesure 1,75 m, cheveux en bas de l’épaule, vêtue d’une jupette près des fesses, blouse blanche transparente, un soutien-gorge noir en dentelle bien garni et une très grande bouche. Et la vôtre, de quoi elle a l’air ?
- Oubliez la mienne, on cherche la vôtre...

 

 

Pour les jours  qui viennent je vous propose une petite cure : lire chaque soir avant de vous endormir, 3 histoires drôles.

 

Belle et heureuse semaine.

RIONS
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article